Benoît Bertrand est né le 3 juillet 1901 à Tramayes (Saône et Loire). En 1921, il s’engage dans l’armée et part au Moyen Orient. En 1925, influencé par la carrière de Jean-Claude, son frère aîné, il entre à l’école de gendarmerie, à Moulins. Il quitte alors Tramayes.

Un résistant de la première heure

Après la défaite de 1940, Benoît, commandant de la brigade de La Clayette depuis 1939, conduit ses gendarmes dans la région de Pau pour continuer le combat. Mais la politique du gouvernement l’oblige à se soumettre et à reprendre son poste à La Clayette. En 1941, alors que Pétain a signé l’Armistice et installé à Vichy un gouvernement de collaboration, Benoît fait prisonnier le pilote d’un avion allemand et l’incarcère. Ses supérieurs, abasourdis par une telle initiative, le réprimandent mais le couvrent En février 1942, nommé chef de la brigade de Saint-Rambert-en-Bugey, il s’y installe avec Lily Dargaud, son épouse née à Serrières. Ils ont huit enfants, tous nés entre 1925 et 1942. Dès août 1942, il s’engage dans la Résistance. Militaire de carrière, il est un atout précieux avec sa double casquette : gendarme le jour, maquisard le reste du temps. En juillet 1943, Benoît refuse de collaborer avec la Wehrmacht, venue arrêter un homme. Ses chefs l’avertissent de son arrestation imminente par la Gestapo.

L’arrestation

Le 5 février 1944, à 7 heures, l’adjudant Bertrand est arrêté. Une quinzaine de policiers allemands et deux civils, Barbie et Touvier, envahissent la caserne. Les plus jeunes de ses enfants dorment encore, ils ont 8, 4 et 2 ans. Benoît sait qu’il ne reviendra pas et dit à sa femme : « Ne te fais pas de souci, tu seras aidée ». Il est conduit à la prison de Montluc, à Lyon, antichambre de la déportation pour les résistants et envoyé le 15 février dans le camp d’internement de Compiègne. De là partent les convois, dont celui qui va à Mauthausen.

Il tient quatre mois dans le camp

C’est le 22 mars que Benoît Bertrand retrouve dans le convoi 1 191 les Clunisois raflés le 14 février et Claudius Pautet, lui aussi commandant de brigade, à Cluny. Ils arrivent à Mauthausen trois jours plus tard. Benoît est affecté au camp de Gusen, l’un des plus durs. Il porte le triangle rouge des internés politiques. Chaque jour, ils sont des milliers à descendre dans la carrière. Le travail, la faim, la chaleur, le froid tuent 4 789 internés à Gusen rien que lors de l’année 1944. Benoît tient lui quatre mois dans cet enfer. Les survivants ont raconté qu’il soutenait les uns et les autres, se débrouillait pour avoir fil et aiguilles pour recoudre les boutons et rapiécer les vêtements. À Champvent, sa mère lui avait appris à s’occuper du linge. Il raccommodait l’humiliation d’être en haillons. Pour garder un semblant de fierté, une maigre raison d’espérer. Il meurt de privation et de mauvais traitement au camp de Mauthausen en juillet 1944.

Source le journal de la Saône et Loire

J12 – Sa 09 mars 2023


Demi-journée avec les Jeunes Sapeurs Pompiers d’Hauteville. Un grand merci aux Pompiers de Plateau d’Hauteville pour leur accueil.

Après-midi, distribution des tenues offertes par le Conseil Régional, révision grade, Ordre Serré et Chant.

Merci au Conseil Régional

J10 et J11 – Sa 17 et Di 18 février 2024


Cette anné encore les Cadets de la Gendarmerie Nationale de l’Ain ont apporté de l’aide logistique aux organisateurs

J9 – Samedi 20 janvier 2024



Il faisait -2°C ce jour-là à Bourg-en-Bresse : nos cadets ont été bien courageux

Levée des couleurs

Pratiquement toute la journée à l’extérieur : échauffement, MSSA, tir réduit par demi-groupes

Repas chaud et au chaud

échauffement, MSSA, tir réduit par demi-groupes

Descente des couleurs


J8 – Samedi 02 décembre 2023


6 modules de révision des situations d’accidents :

  • La protection
  • L’alerte
  • La victime s’étouffe
  • La victime saigne abondamment
  • La victime est inconsciente
  • La victime ne respire pas


J7 – Samedi 11 novembre 2023


Matin ARBENT et Après-midi OYONNAX

J6 – Samedi 04 novembre 2023


Accueil des Jeunes Sapeurs Pompiers d’Hauteville et levée des couleurs en commun

séance sportive en commun

La résistance dans l’Ain

Dernière descente des couleurs avec les Anciens de l’Institution – Finex 17h00

J5 – Vendredi 03 novembre 2023

Levée des couleurs et ordre serré

Maîtrise Sans Arme de l’Adversaire (MSSA)

Déjeuner

Maîtrise Avec Arme de l’Adversaire (MAAA)

Exercice de visée sans tir – arme déchargée

Exercice de visée sans tir – arme déchargée

Tir réduit (avec lunette et casque)

Descente des couleurs

Dîner

Travail sur le parrain de la Promotion l’ADJ BERTRAND Benoît

J4 – Jeudi 02 novembre 2023

Journée à Bourg-en-Bresse – matinée au palais de justice (séance à juge unique) et présentation de la justice par Mme TARRARE Marie-Christine – Procureure Général et Réserviste cCitoyenne de la gendarmerie nationale

Après-midi – découverte des métiers de la gendarmerie nationale

Soirée des partenaires de l’association des cadets de la gendarmerie nationale

J3 – Mercredi 01 novembre 2023

Petit déjeuner – 07h00

Levée des couleurs

Topologie et course d’orientation

Après le déjeuner, tournoi handball et basketball avec les jeunes de Chambéry Savoie Mont Blanc Handball

Descente des couleurs

séance d’étirements

Dîner puis travail sur la future affiche des cadets à destination des lycées

J2 – Mardi 31 octobre 2023


Levée des couleurs

Echauffement puis Maîtrise Sans Arme de l’Adversaire

Pause – Encas

Les grades

Déjeuner

Armement

Ordre serré

Sport collectif

Dîner

Intervention Pierre BROCHET – GROUPAMA – Pourquoi s’assurer ?

J1 – Lundi 30 octobre 2023

Brief d’ouverture du stage

Perception des paquetages

Les chambrées

Déjeuner

Réveil musculaire et premier ordre serré

Goûter

Dojo

Présentation croisée des cadets après le dîner puis exercice d’évacuation avant extinction des feux à 22h30